-

Jules Schmalzigaug

Au milieu d'un prisme

Jules Schmalzigaug est le premier artiste belge à réussir à se manifester brièvement au sein du noyau (dur) d'un mouvement d'avant-garde de premier plan.

180_42_101

Jules Schmalzigaug

Composition (1914-15)

Ajouter aux favoris Enregistrer le lot dans votre compte myDeVuyst
180_125_327

Jules Schmalzigaug

À la plage, Scheveningen (1915-17)

Ajouter aux favoris Enregistrer le lot dans votre compte myDeVuyst
180_125_340

Jules Schmalzigaug

À la plage, Scheveningen (1915-17)

Ajouter aux favoris Enregistrer le lot dans votre compte myDeVuyst

Jules Schmalzigaug en compagnie de Juliette Loontjes, La Haye, 1916

Je vis au milieu d’un prisme. Et résultat de cette hypnose colorée? Quelque chose de charnel, de frisson du bas-ventre, une émotion testiculaire. Pourquoi? L’instinct du Carnaval [...]

– Jules Schmalzigaug

Impression du café Florian, Venise (1914)

Un Futuriste belge en Italie

Jules Schmalzigaug est le premier artiste belge à réussir à se manifester brièvement au sein du noyau (dur) d'un mouvement d'avant-garde de premier plan. Il était annoncé dimanche soir sur le billet d'entrée à la Grande Convegno Futurista – une conférence sur les ambitions internationales du mouvement futuriste, organisée en avril 1914 à la Galleria Giuseppe Sprovieri de Rome. Le son unique et étrange « Schmalzigaug » se distingue parmi les noms d'artistes italiens rugissants tels que Giacomo Balla, Enrico Prampolini, Luciano Folgore, Ugo Giannattasio, Mario Sironi et Fortunato Depero.

La pression de la Première Guerre mondiale oblige Schmalzigaug à quitter l'Italie à la fin de 1914.

(Catalogue raisonné, Ronny & Jessy Van de Velde, Anvers 2020, p. 7-8)

Jetée avec pêcheur à Schéveningue - La Haye (1915-17)

La Haye

Déracinés, Schmalzigaug et sa famille s'installent à La Haye en décembre 1914. S'il y entretient des contacts amicaux avec des artistes belges tels que Frans Smeers, Georges Vantongerloo, Rik Wouters et le Néerlandais naturalisé belge Willem Paerels, il n'est pas facile de retrouver le feu de l'âme (du peintre). Schmalzigaug souffrait de la « neurasthénie mentale » qui pouvait surprendre les artistes pendant les années de guerre. Il ne semble pas illogique qu'il ait raté l'influence pionnière d'un collègue mentor comme Balla. Ses amis artistes de La Haye – auparavant fauvistes brabançons – n'ont sans doute pas su le défier de la même manière.

(Catalogue raisonné, Ronny & Jessy Van de Velde, Anvers 2020, p. 19)

Plage à Schéveningue – La Haye (1915-17)

Sa propre technique

Il s'agissait principalement de cartes postales colorées représentant les ponts et les rues de La Haye ou la plage et le Kursaal de Schéveningue, que Schmalzigaug confiait fréquemment au papier à la gouache, au pastel ou à l'aquarelle lors de son exil à La Haye. Bien qu'il n'ait jamais complètement abandonné l'abstraction expérimentale. Par exemple, il a développé un procédé artistique par lequel il a imprimé des dessins « humides » à l'aquarelle sur une autre feuille, ce qui réduit la lisibilité de la scène étape par étape, impression après impression, et l'image devient plus abstraite. Il était avant-gardiste dans son essence.

(Catalogue raisonné, Ronny & Jessy Van de Velde, Anvers 2020, p. 19)

Façades - La Haye (1915-17)

Déraciné

Arraché de son habitat vénitien et de ses confrères futuristes, il ne retrouvera plus jamais le même élan. Ce déracinement a peut-être joué un rôle dans son choix de se suicider en 1917 à La Haye.

(Catalogue raisonné, Ronny & Jessy Van de Velde, Anvers 2020, p. 8)