Notre équipe

1962 - 2017

C’est l’ambition d’un homme, Gaston De Vuyst, qui est à l’origine de la galerie qui porte son nom.

Gaston De Vuyst (1910-1992)

Dans les années vingt-trente, il avait personnellement rencontré de nombreux artistes belges et admiré leurs œuvres tant à Bruxelles qu’à Anvers. C’est là également qu’il fit la connaissance de collectionneurs dont Gustave Van Gheluwe – chez qui il suivit une formation de maître-tailleur – et visita entre autres la galerie Le Centaure, centre du modernisme à l’origine de la percée de l’expressionnisme flamand et qui organisait des expositions de René Magritte, Hans Arp, Max Ernst, Kandinsky, Paul Klee et Joan Miró. En outre, il suivait de très près les catalogues des ventes aux enchères de la Galerie Georges Giroux.
Après avoir assuré la succession du magasin de prêt-à-porter qu’il avait fondé en 1930 avec son épouse Diane Geerinck (1914-2008), il se lança dans la vente d’œuvres d’art, mettant son talent d’entrepreneur au service de sa passion.
1962

A 52 ans, Gaston De Vuyst ouvre la Galerie d’art De Vuyst dans un bâtiment (Kerkstraat 48) jouxtant son magasin de prêt-à-porter. Grâce aux contacts qu’il avait établis de longue date dans le milieu artistique, la galerie devient très rapidement bien plus qu’un simple espace mis à la disposition des artistes. On y organise jusqu’à dix expositions par an. Le choix et la sélection des artistes comme celui des œuvres relève uniquement du galériste. On a pu y admirer des expositions consacrées à Edgard Tytgat, à Frans Masereel, à Léon De Smet, à Roger Raveel et à Louis Van Lint. D’autres expositons étaient thématiques ou consacrées à un groupe dont une des premières à la galerie Le Centaure.
Dès le début on peut dire qu’Huguette De Vuyst, était le bras droit de son père.
1970

“Oscar Jespers” et “La peinture contemporaine en France” sont deux des affiches importantes de cette année 1970, ainsi que celle de la première vente aux enchères. En effet, les “Salons” présentent tant d’oeuvres qu’un élargissement des activités s’impose : les ventes aux enchères qui, dès le début, connaissent un grand succès.
De une, on passe rapidement à deux, puis à trois ventes aux enchères par an.
Actuellement trois grandes ventes aux enchères sont organisées chaque année, avec des artistes importants sur le plan national et international du XVIIème siècle à notre époque

C’est en 1976, lors de la vente nr 17, que Guy De Vuyst, fils de Gaston De Vuyst, fait ses premiers pas en tant que commissaire-priseur.
1978

Le succès de la galerie comme celui des ventes aux enchères impose une extension des bâtiments.

A côté de la première salle, se trouvaient un ancien bâtiment du XVIIIème siècle, ayant servi d’atelier à un chapelier ainsi qu’une cité ouvrière adjacente datant, elle, du XIXème siècle. C’est là que l’on trouve actuellement la grande salle de vente, la crypte, les bureaux, la librairie d’art, le petit café, les réserves et un jardin de sculptures (Kerkstraat 24-46).
1982

Andrea et Guy De Vuyst, enfants de Gaston De Vuyst, rejoignent définitivement l’équipe familiale en 1982.

Une grande exposition thématique « Barbizon. Le paysage dans la peinture du XIXème siècle » remporte un franc succès.
Lors de la vente aux enchères du 20 avril 1985, une des huit sculptures de Magritte, "Madame Récamier de David", a été adjugée 12 650 000 fr (€ 310 000) au Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers; record provisoire des ventes aux enchères et, jusqu’à nos jours, prix record pour cette sculpture de Magritte.



1985

Un autre bâtiment adjacent et datant de 1750 est rénové à son tour (Kerkstraat 54) et ajouté à l’ensemble pour y abriter une galerie d’art contemporain. Les premières expositions sont consacrées à "Keith Haring" et à "Joseph Beuys". Aujourd’hui, on peut y admirer une collection permanente d’œuvres modernes et contemporaines.

C’est également à cette date que Pascale De Vuyst-Philips, la belle-fille de Gaston De Vuyst, rejoint l’équipe.
1991

L’extension continue : on double la superficie de la Galerie et de l’Hôtel de vente.
La construction d’une annexe (Kerkstraat 22) et d’autres transformations permettent la création de deux nouvelles salles d’exposition, d’espaces de réception, de bureaux, d’une bibliothèque, d’un atelier photo et de réserves.
Une équipe stable de collaborateurs entre en fonction, parmi eux Thierry Lacroix, Hervé Lescornez et Renaat Sapyn qui se sont forgé une solide expérience en vingt ans de collaboration.
Grâce à une sélection bien pensée d'œuvres de toutes les époques sur base de critères artistiques et grâce au recul des frontières par internet, les ventes deviennent de plus en plus internationalles.
Préférence est donnée aux artistes nationaux et internationaux de renom. Sur le plan national, nous avons atteint des résultats spectaculaires pour des œuvres entre autres de Paul Delvaux (“Les Louves” sont vendues à € 527.000), de Théo Van Rysselberghe, d’Emile Claus, d’Alfred Stevens, de Panamarenko, de Roger Raveel, de Pierre Alechinsky, de James Ensor, de Raoul De Keyser et de Wim Delvoye.
On peut dire que Lokeren est devenu un centre d’achat et de vente important pour des collectionneurs belges comme internationaux. L’offre sur le plan international est de plus en plus appréciée, allant de Camille Claudel à Warhol et Zao Wou-Ki, en passant par Lucio Fontana et Wilfredo Lam. D’autres œuvres d’artistes moins connus du grand public, mais très prisées par les collectionneurs d’art contemporain trouvent preneur : Equipo Crónica, Xiang Jing, Alexandre Fassianos ou Liu Jianhua.
2009

Année où le petit-fils Tom De Vuyst rejoint l’équipe et occupe avec son père le poste de commissaire-priseur. Parmi ses premières ventes, on trouve entre autres un dessin à la suie de bougie de l’artiste italien Piero Manzoni "Linea" datant de 1961, estimé entre € 10 000 et € 16 000 et adjugé au prix de € 36 000. On trouve aussi une sculpture cinétique de Pol Bury "Retractile" qui atteint le prix de € 70 000.

C’est aussi l’année d’une nouvelle extension sur le plan des bâtiments et de nos activités. Une nouvelle galerie d’art (Kerkstraat 48-50) voit le jour dans les bâtiments de l’ancien magasin de prêt-à-porter De Vuyst, fermé après 79 ans d’activité. A côté d’œuvres d’art contemporain et de la collection permanente, on peut y admirer les artistes connus de l’art moderne. On organisa des expositions consacrées à Hilde Van Sumere, à Reinhoud ainsi qu’une autre consacrée aux vidéos et aux performances de Marie Julia Bollansée.

Pour finir, nous avons encore l’Icons Designshop (Kerkstraat 48-50). A côté des expositions et des ventes aux enchères, nous proposons également des objets design. Fidèle à plus de 55 ans de tradition De Vuyst, le choix des objets est avant tout dicté par la qualité artistique et la créativité. Icons propose des articles d’usage courant, mais beaux en tant qu’objets. On y trouve une sélection des créations de concepteurs de premier plan, icônes dans le monde du design, mais aussi de nouveaux talents.

Dans sa conception actuelle, la galerie est un ensemble cohérent de huit espaces d’exposition avec la grande salle de vente comme centre vital.
Collect - De Vuyst passe à table

 was added to your favorites.

résultat résultats

Cette page utilise des cookies. En utilisant cette page, vous acceptez l’utilisation de cookies. Êtes-vous d'accord?  Oui / Non   (Plus d’informations)